Reçu en juin 2006 au titre d’une correspondance privée, le sonnet suivant méritait selon nous d’être partagé aux yeux et aux cœurs de tous les archers. Après avoir obtenu une autorisation de publication de la part de son auteur, ces vers ont au final toute leur place au sein des colonnes de l’Archer Français.


L’Arc, la Courbe et le Beau

De l’arc à la lumière, cela s’incline un peu
Car penser comme agir ne sont point rectilignes
La droite est espacée par le plus petit signe
Rayon vert d’horizon qui a nourri nos jeux.

Cherche, cherche, parcours le tracé de ta flèche.
Défends-toi si tu peux de toute inflexion.
Ta seule arme, dès lors, est dans l’acceptation
De l’explosif humain dont nous sommes les mèches.

Car, si rien ne saurait progresser qu’incurvé,
Ton regard vers demain, d’humanisme imprégné
Redressera le trait au tracé rectiligne.

Tu apprendras alors que rien n’est mal ni bien.
Bande ton arc et tire, alors naîtra le bien
Entre le bien fusant et la beauté insigne.

Jean R.

Share →