Ernest Langlois, dans son Recueil d’arts de seconde rhétorique écrit en 1902, publie un un chant royal dont une arbalète symbolique est le sujet.

ARBALÉTRIÈRE ROYALE

Pour aourner l’arbalestre nohile
Et pour parler de sa grant excellence,
Se doit tout cuer qui a ce est abile
Si employer que de tout[ e] science,
De tout honneur et parfaitte bonté
Le doit couvrir sans nulle fauceté,
Car l’arbalestre est de tel efficace
C’on ne lui puet donner trop de beauté
Pour nesun sens qui en teste s’entasse.

L’arbalestre est un joiel sy utile
Que tout homme qui en sa corpulence
En vuet user doit avoir sens fertile
De vray secret aourné de prudence,
Et son arbrier doit estre d’équité,

Son arc de paiz et de vallance enté ;
Corde avoir doit aouvrée de grâce,
Estrier poissant de vertus enchanté,
Et de raison le lien qui l’abrace.

En l’arbrier a cinq vrais poins d’euvangile
Nonchant a tous chemin de providence ,
Puiz y a clef, qui sainctement compile
Le doulz agnel de la divine essence,
Puiz y a cours de pure vérité,
Fontainne aussi plainne de humilité,
Nois de déduit et serre qui compasse,
Contricion est cleu de seureté,
Plume ou cor del qui tresperce la casse.

Après en l’arc, qui ne doit estre vile,
A aux deux bous corne d’equipolence,
En la corde faut une trenque file
Qui soit loyal sans nulle différence (f. 3 i),
Et a l’estrier faut lit de charité,
Et un curret coulouré de pité,
Vire de droit atintée, et en face
Penons royaulz, et coffin conforté
De bon espoir, qui desconfort efface.

En l’arbalestre a de biens plus de mile,
Qui les porroit raconter en sentence,
Car le fil Dieu, comme personne humile,
Fist de son corps arbrier par aparence
Et de ces bras arc de gratuité,
De son beau chief estrier, puis poulié
Fu des Juïfs de croc par longue espace,
De lanche fu son costé entamé,
Dont descendi sang et eave a grant trace.

Princes royaulx, nous fumes racheté
Par le doulz arc qui en crois fu pené,
Et fu l’orgueil bouté jus de sa place
Par le beau trait des cieulx administré(e)
Aus cuers humains, fragiles comme glace.

Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, 4-L45-31 (I)

Share →