Le yabusame (流鏑馬) est une technique de tir à l’arc japonaise pratiquée à cheval et avec une approche rituelle. L’archer tire des flèches sans pointes (soit sifflantes, soit avec une boule au bout) sur trois cibles de bois.

Ce type de tir à l’arc est apparu au début de l’époque de Kamakura. Le shogun Minamoto no Yoritomo s’inquiétait des lacunes de ses samouraïs au tir à l’arc. Il organisa donc le yabusame comme une forme d’entraînement.

Aujourd’hui, le yabusame est pratiqué entre autres dans le temple de Tsurugaoka à Kamakura et dans les villes japonaises avec un rituel shinto en automne.

Voici une vidéo présentant une courte histoire de cette discipline. Bien que réalisée en langue anglaise, la présentation visuelle reste tout aussi intéressante qu’impressionnante.


A short history of Yabusame

Le tir à l’arc à cheval rituel

Le yabusame était décrit comme un moyen de contenter et d’entretenir la myriade de Dieux qui veillent sur le Japon, encourageant ainsi leurs bénédictions pour la prospérité des terres, des gens et des récoltes.

Un archer de yabusame descend une piste de 255 mètres de long à grande vitesse. L’archer contrôle son cheval principalement avec ses genoux, puisqu’il a besoin de ses deux mains pour bander l’arc et tirer.

Comme il approche de la cible, il monte son arc et place la flèche devant son oreille avant de la laisser partir au cri de « In-yo-in-yo » (« obscurité et lumière »). La flèche est épointée et en forme de cercle afin de faire un bruit plus fort lorsqu’elle frappe la cible.

Les archers expérimentés sont autorisés à utiliser des flèches avec une pointe en V. Si la cible est touchée, elle vole en éclats comme des confettis et tombe au sol. Toucher les trois cibles est considéré comme une admirable réussite. Le placement des cibles de yabusame et les cibles elles-mêmes représentent de façon rituelle la cible optimal pour un coup fatal sur un opposant portant l’armure complète traditionnelle des samouraïs (O-Yoroi) qui ne laisse à nu que l’espace au-dessous de la visière du casque.

Le yabusame est vu comme un rituel plutôt qu’un sport à cause de son côté solennel et de son aspect religieux, il est souvent pratiqué lors de cérémonies spéciales ou d’évènements officiels, comme pour divertir des dignitaires étrangers et des chefs d’état.

Être sélectionné comme archer de yabusame est un grand honneur. Par le passé, ils étaient choisis uniquement parmi les meilleurs guerriers. L’archer qui faisait la meilleure performance recevait un vêtement blanc, représentant la faveur divine.

Source : youtube & wikipédia

Share →