2 octobre 1369 : remise de l’épée de connétable à Bertrand Du Guesclin.

Nouvelle interrogation à laquelle nous vous proposons de donner une (notre) réponse : qu’était autrefois le Connétable au sein d’une compagnie de chevaliers d’un noble jeu ?

Aujourd’hui, dans une Compagnie, le Connétable est bien souvent un généreux donateur, archer ou non, a qui l’on a attribué ce grade honorifique en raison de son investissement au profit de la compagnie. L’investissement pouvant être d’ordre matériel (financement du jardin d’arc, des buttes, …), mais aussi d’heures passées à la compagnie (services rendus, entraînements, entretien du jardin et logis, ancienneté, etc.). Et en principe, il ne peut y avoir deux connétables dans une même compagnie.

Mais à la lecture des registres de la grande époque des nobles jeux (XVIIIe siècle), le grade honorifique de Connétable n’avait pas du tout ce sens. Ce titre était toujours confié à l’ancien roi de la compagnie qui, lorsqu’il rendait son écharpe, recevait alors ce titre. Ce fait historique se confirme dans plusieurs villes de France, dont Lyon et Provins. Quand un roi conservait son titre plusieurs années de suite, le connétable conservait également son titre autant de temps. Lorsque le roi de la compagnie ne restait pas dans sa Compagnie (par raison de décès, déménagement ou autre), le titre revenait alors souvent à un ancien roi ou officier. Notons également, pour finir, qu’à la lecture des anciens registres de compagnies, ce titre n’était pas vu comme une dignité, mais un office. Un office attribué de droit, mais différents des dignités honorifiques souvent attribuées autrefois, en conférant à des personnalités des grades de colonel, de commandant ou encore de major (c’étaient donc eux les anciens connétables du sens contemporain).

Pour en finir sur ce sujet, que représentait au juste le titre de Connétable, au sens militaire du terme, à cette époque ? Un Connétable était une personne investie d’une haute dignité. Le sens original de ce titre voulait dire « comte chargé des écuries ». Son rôle était généralement de commander l’armée et de régler les problèmes entre chevaliers ou nobles, de s’occuper de toutes affaires d’injures et de provocations à duel impliquant des gentilshommes, civils et militaires, français et étranger. Il était donc vu comme une personne de haute vertu pouvant réconcilier les chevaliers entre eux. Voilà donc sans aucun doute le sens original attribué aux Connétables des compagnies des nobles jeux de l’arc, de l’arbalète et de l’arquebuse…

Share →