L’hébreu חַטָּא (ḥaṭa), pécheur, vient du verbe חָטָא, pécher, dont le sens premier est manquer (son but), rater (sa cible) et qui a pour sens contraire : atteindre sa cible (pour un archer).

Le mot arabe خطا, pour pécher, a le même sens : rater (sa cible), réaliser une faute.

Dans le premier psaume, ce terme a été traduit en grec par ἁμαρτωλή (amartôlè)
Le verbe grec ἁμαρτάνω a le même sens : manquer le but, d’où dévier, s’égarer, se tromper (de chemin), s’égarer, faire fausse route, commettre une faute (erreur, méprise)

« Les impies ne tiendront pas face au Jugement, ni les pécheurs, à l’assemblée des justes.« 

Le mot pécheur vient du latin peccatore du verbe pecco dont le sens premier est : faire un faux pas, d’où (sens moral) commettre une faute, une erreur, se tromper.

Ainsi, la qualité du tir en cible est étroitement liée, étymologiquement du moins, aux vertus cultivées par l’archer…

Et, sur le plan ésotérique, si jamais l’archer manque sa cible, il lui faudra donc se repentir, faire pénitence, תשובה (teshuva) en hébreu, mot qui dévie de שׁוּב (shuv), verbe très fréquent qui veut dire se retourner, se restaurer vers son coeur ; coeur qui est lui-même, en hébreu, le siège de l’âme, de la connaissance, la conscience…

Voilà donc confirmé le fait que le coeur est la cible intérieure de tout archer qui cherche à être « droit et d’hauteur »…

Share →