Parmi ses Fables, dans son Livre Second, Fable VI, Jean de La Fontaine nous a légué une fable intitulée « L’Oiseau blessé d’une flèche » qui laisse à réfléchir.

Dans la fable suivante, La Fontaine déplore l’impuissance des hommes à vivre en paix, même s’il parle par l’intermédiaire de l’oiseau qui tire enseignement de son malheur.

Mortellement atteint d’une flèche empennée,
Un Oiseau déplorait sa triste destinée,
Et disait, en souffrant un surcroît de douleur :
Faut-il contribuer à son propre malheur !
Cruels humains ! Vous tirez de nos ailes
De quoi faire voler ces machines mortelles.
Mais ne vous moquez point, engeance sans pitié :
Souvent il vous arrive un sort comme le nôtre.
Des enfants de Japet [1] toujours une moitié
Fournira des armes à l’autre.

[1] père de Prométhée qui façonna les mortels avec de la terre glaise.

Share →