Dans un post facebook que nous avons rédigé ce jour, en partageant une vidéo du tir à la perche de la compagnie d’arc de Brégy, nous écrivions :

« Le tir à la perche… ancien tir authentique permettant de désigner les rois des compagnies. Mais avec l’arquebuse et son tir tendu, le tir au beursault deviendra progressivement la norme dans les compagnies d’arc, ce depuis le 16e siècle…« 

Que nos lecteurs ne voient pas de jugement de notre part sur telle ou telle pratique de tir pour désigner les rois de nos compagnies.

Nous souhaitions ici juste rappeler que, pour désigner nos rois, le tir à la perche reste l’usage « authentique », dans le sens où c’est le plus ancien connu, dont l’origine est indubitable. A la vue des siècles passés, nous pourrions même qualifier ce tir de pratique « antique », car nous savons qu’il était utilisé dans un but récréatif depuis l’antiquité.

Si le tir beursault est aujourd’hui statistiquement le plus usité pour désigner nos rois, c’est simplement car il est bien souvent plus simple à organiser qu’un tir à la perche. C’est un fait et nous pensons donc pouvoir parler d’une certaine « normalisation » en ce sens.

D’ailleurs, dans sa version de 1960, l’article 131 des Règlements Généraux de la chevalerie de l’arc le précisent déjà indirectement : « L’oiseau peut se tirer à la perche, si les localités le permettent » ; sous-entendu que déjà, généralement on le pratique autrement, à savoir au beursault.

Ainsi, que nos lecteurs ne croient pas que nous aurions voulu mettre en dualité les deux pratiques, ou pire, en favoriser une par rapport à l’autre. Peu importe qu’un roi soit désigné à la perche ou au beursault. Ce qui compte, c’est la reconnaissance du roi par les chevaliers et archers de sa compagnie, après l’application respectueuse des règlements particuliers qui régentent le « tir à l’oiseau » de chaque compagnie.

Comme il le fait depuis ses débuts, L’Archer Français n’a pas à s’exprimer sur ce qui serait mieux ou moins bien entre telle ou telle pratique, tel ou tel type de tir, tel ou tel type d’arc, telle ou telle catégorie d’âge, etc. D’autant plus que nous sommes opposés à toutes formes de communautarisme au sein de la communauté de l’archerie. La seule chose que nous pourrions nous autoriser de faire, c’est à la limite de nous interroger sur une pratique actuelle au regard de l’histoire, sans pour autant porter un jugement sur celle-ci.

Nous préférions juste clarifier tout cela. 🙂

Bon tir à chaque compagnie pour leur tir à l’oiseau, que ce soit à la perche ou au beursault. 😉

Share →