Référence :

Dominique Blanc. Le rite saisi par l’Histoire. Une fête traditionnelle et ses nouvelles références historiques. 2018.

Résumé :

Documentée depuis le XVIe siècle, la fête du « Papogay » de Rieux-Volvestre, gros bourg des
environs de Toulouse, réunit le premier dimanche de mai les hommes jeunes et vieux pour une longue
séance de tir à l’oiseau qui permet de désigner le roi de l’année. Les premières photos du début du
XXe siècle montrent des archers en habit des dimanches se rendant sur le pré sans grande cérémonie.
Or, à partir des années soixante, la création de costumes et d’attributs royaux en référence à une
description d’Ancien Régime, l’obligation de porter un habit uniforme pour les archers organisés en
compagnie, puis l’intronisation publique des nouveaux impétrants et les défilés en costumes des
femmes et des enfants, tout concourt à donner un « cachet historique » visible à un rite qui jusque-là se
déroulait entre soi. On assiste parallèlement à la redécouverte du prestigieux passé de la cité dont on
met en valeur de précieux témoignages architecturaux (ce gros village était une ville épiscopale
jusqu’à la Révolution). Nous nous sommes intéressés, d’une part, au processus d’historicisation du rite
qui constitue en époques de référence diverses périodes historiques (essentiellement un Moyen Age
emblématique d’un passé immémorial, englobant les périodes voisines et un XIXe siècle qui
représente ici « le temps des anciens » de la société rurale encore proche) tout en montrant que si « tout
change » (on introduit chaque année d’autres innovations à caractère « historique »), ce qui ne peut
changer c’est l’existence et le déroulement du rite resté central malgré les aménagements et grâce
auquel le village existe « tant que nous avons un Roi ».

Pour lire l’article complet, cliquez ici.

Share →